Saut au contenu principal
print small medium large 

PAGE D'ACCUEIL / AU SUJET DE LA VIOLENCE FAMILIALE /


Pour la famille et les amis

qui désirent aider une personne qui est victime de violence familiale.

 

« La violence familiale est un problème communautaire. Il y a des façons d'aider. »


La violence familiale commence à la maison, mais ses effets sont ressentis dans la communauté. Si un de vos amis ou un membre de votre famille est victime de mauvais traitements, les effets peuvent être dévastateurs. On n'a pas à se sentir impuissant face à la violence familiale. Il y a des façons d'aider.

Voisins, amis et familles: Vous pouvez aider à prévenir la violence dans votre communauté et intervenir en cas de violence


Si vous connaissez une personne qui est victime de violence :

  • Informez-vous - Apprenez tout ce que vous pouvez sur la violence familiale et les dynamiques de la violence en relation avec la dépendance et la confiance. Renseignez-vous sur les organismes et des services pouvant aider à régler un problème de mauvais traitements. il existe des ressources valables pour vous renseigner au sujet de la violence, et c'est une bonne chose d'être familier avec ces ressources si vous désirez y référer quelqu'un pour des services. L'Association pour l'information juridique communautaire (CLIA) est un bon endroit pour commencer à rassembler de l'information au sujet des services offerts.

  • Parlez à la victime de violence - Si vous ne vous sentez pas mal à l'aise, dites à la personne que sa situation vous préoccupe et que vous croyez qu'il ou qu'elle vit une relation de violence. Cela peut souvent être la première démarche pour faire savoir à une personne qu'elle n'est pas seule. Il est important de dire à la personne qu'il existe de l'aide. Des millions de personnes vivent avec la violence, et un grand nombre trouve cela difficile de demander de l'aide. Laissez-leur savoir qu'il y a des options et que, quelle que soit leur démarche, vous allez les supporter. Dites-leur que toute personne a le droit de vivre sa vie sans crainte, manipulation et violence. Donnez-leur les renseignements dont elles ont besoin pour comprendre leurs options. Insistez sur le fait que, lorsqu'elles seront prêtes, elles pourront obtenir de l'aide pour vivre sans violence.

  • Écoutez avec compassion - Les personnes qui sont victimes de violence croient souvent aux messages négatifs de l'agresseur. Elles se sentent responsables, honteuses et inadéquates, et elles peuvent croire qu'elles méritent ce qui leur arrivent. Elles ont peur d'être jugées sévèrement par les autres de la même manière qu'elles sont jugées par les agresseurs et, d'habitude, par elles-mêmes. Donner aux personnes une chance d'exprimer ce qui leur arrive est une étape dans leur guérison. Donnez-leur l'assurance qu'elles vous tiennent à coeur et qu'elles ne doivent pas se blâmer de ce qui leur arrive. Laissez-leur savoir que, même si seulement l'agresseur peut cesser d'être violent, elles peuvent prendre des mesures pour se protéger et protéger leurs enfants. Renforcez le message : « Rien n'excuse la violence. »

  • Croyez la victime - Même si ce que vous entendez peut vous troubler et même vous horrifier, ne doutez pas que ce soit vrai et, très probablement, la partie immergée de l'iceberg. En dépit des sentiments que ces propos suscitent en vous, résistez à la tentation de dire à la victime ce qu'elle devrait faire. Une victime a besoin de croire en elle-même et en ses propres choix. Rappelez à la personne que Anderson House fournit un abri d'urgence aux femmes et à leurs enfants; on y trouve une ligne d'écoute électronique 24 heures sur 24 (1-800-240-9894) et on peut vous donner de l'information au sujet du support des travailleurs d'approche de votre région.

  • Encourager la victime à demander de la protection - Expliquez que la violence n'est jamais acceptable dans une relation. Aucune raison ou excuse ne justifie le comportement violent. Si tel était le cas, nos aurions tous le droit de frapper ceux qui nous mettent en colère ou nous déçoivent. La plupart des formes de violence sont illégales et on peut demander la protection du système judiciaire. Le Service d'aide aux victimes pour aider, qu'un rapport de police soit déposé ou non ou que des accusations soient portées ou non.


Si vous êtes témoin d'une agression physique ou verbale, appelez la police immédiatement!

  • Encouragez la victime à se protéger elle-même - Les gens qui vivent dans la violence devraient avoir un plan de sécurité d'urgence pour les situations de crise. Les victimes devraient également connaître leurs droits. Assurez-vous que les victimes comprennent que l'Île-du-Prince-Édouard a un Victims of Family Violence Act (loi pour les victimes de violence familiale) qui contient des dispositions de protection de la victime et d'expulsion de l'agresseur de la résidence. Les dispositions de la loi peuvent également permettre à la victime de se mériter l'usage exclusif de la résidence familiale.

  • Ne laissez pas tomber la victime - Les victimes de violence familiale peuvent poser des choix avec lesquels vous n'êtes pas d'accord. Rappelez-vous que tout choix qu'il ou qu'elle pose est un pas dans la bonne direction, et votre support, encouragement et appui sont toujours nécessaires. Toutefois, si des enfants sont en cause, la loi dit que vous devez rapporter la situation aux Services à l'enfance et à la famille. Cette loi comprend un enfant vivant dans une maison où il y a de la violence familiale. Le numéro d'urgence de l'aide à l'enfance maltraitée se trouve à la première page de votre annuaire téléphonique. La sécurité et le bien-être des enfants doit être la première considération. Dans sa vie, tout adulte est responsable de la protection de ses enfants


Si vous voulez aider autrement :

  • Demandez aux organismes communautaires d'offrir des possibilités d'éducation publique au sujet de la violence familiale;

  • Demandez à votre bibliothèque locale d'avoir en stock des périodiques et des livres sur le sujet de la violence familiale;

  • Demandez que les écoles et que votre association foyer-école de fournir des informations au sujet de la violence familiale et dans les fréquentations. Encouragez le personnel à se préparer à offrir de l'aide et à soutenir les élèves qui en ont besoin;

  • Encouragez les garderies, les gardes parascolaires et les écoles à aider les enfants à apprendre à développer des relations saines et à négocier de manière non violente en cas de conflit;

  • Organisez des séances de formation sur la violence familiale dans votre communauté;

  • Travailler avec votre groupe confessionnel à renseigner au sujet de la violence familiale;

  • Offrir de faire du bénévolat auprès de votre refuge pour femmes battues local, centre d'aide aux victimes d'agression sexuelle ou organisme communautaire;

  • Obtenir la permission de placer des affiches et des autocollants portant les noms et numéros de téléphone des ressources locales dans les hôpitaux, hôtels, restaurants, toilettes de cinéma. On pourrait demander aux salons de barbier, salons de beauté et centres de conditionnement de faire de même. Les babillards communautaires sont également de bons endroits pour afficher des informations. Communiquez avec le Comité d'action du premier ministre pour la prévention de la violence familiale pour vous renseigner sur les ressources.

  • Patronnez une affiche et un concours de slogans pour la prévention de la violence familiale dans les écoles;

  • Soyez l'hôte d'une réunion casse-croûte où l'on fait des présentations sur les relations saines;

  • Prévenez le refuge pour femmes battues local et les vétérinaires au sujet de la relation entre la violence faite aux animaux et la violence familiale;

  • Participez aux événements communautaires axés sur les problèmes de violence familiale. Encouragez les dirigeants communautaires à être inclusifs (notamment les leaders autochtones, représentants multiculturels, membres de la communauté homosexuels et bisexuels, etc.) dans la planification de ces événements.


Source: Community Resource Guide, page 100

French - back to top